English Translation
DISCOURS AGSM 2019
Dr Yveline Marie -Thérèse HOUENOU
Professeur de Pédiatrie
Présidente du WACP
Cotonou le 4 Novembre 2019dd
________________________________
Permettez-nous, à l’entame de notre propos, de remercier les autorités politiques du Bénin pour avoir autorisé et soutenu l’organisation du 43ème Congrès annuel du Collège Ouest Africain des Médecins.
Monsieur le Ministre de la santé, nos remerciements vont à vous qui, nonobstant vos lourdes responsabilités, avez tout mis en œuvre pour être des nôtres en ce jour. Veuillez surtout transmettre au Président de la République nos sentiments de reconnaissance et de parfaite et haute considération. Nous associons à nos remerciements Mr le Représentant du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique.
Nous remercions le Comté des sages du Collège, les Médaillés d’Or, les anciens Présidents et past-officiels, les Présidents des Collèges Frères, le Professeur OBIONU Christopher Mabayoje Lecturer.
Nos remerciements vont à nos parents et amis qui ont effectué le déplacement, montrant ainsi leur attachement à notre cause commune. Nos remercions enfin tous les Fellows et membres.

Mesdames et Messieurs,

43 ans constituent, à n’en point douter, une étape importante dans la vie du WACP et cela, pour deux principales raisons :
La première raison a trait à sa représentativité géographique. Le Collège passe en effet de 5 pays anglophones en 2008 à 13 pays dont 8 francophones et bientôt, avec les deux pays lusophones (Le Cap Vert et La Guinée Bissau), les 15 Pays de la CEDEAO seront impliqués. Ceci montre en dix ans, à la fois son expansion quantitative et qualitative, avec pour la première fois une Présidente francophone.
La deuxième raison relève de la vision mise en exergue par notre plan stratégique 2018 – 2022 selon laquelle le Collège se repositionne de façon efficace, face aux besoins de formation et d’éducation, pour satisfaire les exigences des soins de santé de la population en Afrique de l’Ouest. Au demeurant, convient-il de le rappeler, nous appartenons et travaillons avec l’Organe principal responsable de la santé de la population dans la sous-région, à savoir l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS).
Permettez-nous ici, de saluer le Docteur SOW Abdulrahman, représentant le Professeur Stanley OKOLO, Directeur général de l’OOAS. Merci de votre présence et de votre appui. Nous saluons le Pr Diallo et le remercions pour sa disponibilité.

Mesdames et Messieurs

Le thème de notre rencontre scientifique à savoir « Santé et environnement dans la perspective de l’atteinte des objectifs du Développement Durable », nous rappelle certains défis prioritaires à relever ensemble avec nos partenaires et nos Collègues. Le premier sous-thème traitera de « La formation des spécialistes médicaux », formation qui constitue notre vocation première ; mais à l’heure actuelle, cette formation rejoint-elle résolument les besoins de la sous-région ? Avec le second sous-thème, nous nous posons la question suivante : comment faisons-nous face aux « Urgences médicales dans la sous-région ? ».
En effet, un complet état de bien-être n’est possible que dans un environnement sain, qu’il soit physique, social ou culturel. Cet environnement est caractérisé par d’énormes défis sanitaires et des conditions de travail pénibles : 1 médecin au lieu de 7 pour 100 000 habitants et 10 lits au lieu de 30 pour 100 000 habitants selon les normes de l’OMS. Les urgences médicales sont inexistantes et, indique Amaury de Féligonde, je cite, « le secteur de la santé en Afrique est lui-même un patient à soigner d’urgence » fin de citation.
Une telle situation interpelle nos consciences d’hommes et de femmes responsables ; et si des efforts ont été déjà fournis pour former des spécialistes compétents, avec en plus l’harmonisation des curricula par l’OOAS, nous sommes conscients de l’urgence de les former autrement en nombre et en qualité, eu égard non seulement aux progrès grandissants en matière de technologie, mais aussi face aux exigences en soins de santé de qualité dont les populations ont grand besoin.

Mesdames et Messieurs,

Pendant que nous sommes en train de mettre en œuvre notre plan stratégique 2018- 2022, et que nos collèges frères s’activent pour les leurs, dans quelle mesure ses plans sont-ils interconnectés pour répondre efficacement aux besoins en ressources humaines dans la sous-région ? De toute évidence, la dynamique de l’intégration qui prendrait en compte le plan stratégique de l’OOAS et de nos pays s’avère incontournable. A titre d’exemple, nous pourrions ensemble créer et soutenir des Centres de simulation et des Centres d’excellence. Par ailleurs l’éducation des spécialistes de la santé en vue du développement durable doit être recentrée sur la thématique de l’Éthique médicale et sur l’Assurance qualité, une de nos préoccupations communes majeures ;
 Aussi, conviendrait-il, dans cette perspective, de saluer la contribution du CAMES que manifeste la présence du représentant du Secrétaire Général, en la personne de notre collègue et Expert de renommée internationale, j’ai nommé le Professeur Édouard NGOU-MILAMA, venu nous éclairer sur ladite thématique. Soyez-en remercié cher collègue.
Au demeurant, nous visons également à impacter les indicateurs de santé de la sous-région par la Recherche et des interventions concrètes, multicentriques en communauté, en orientant les sujets de dissertation, mémoires et thèses sur les défis sanitaires régionaux. Nous pourrons ainsi fournir, en collaboration avec les autres centres de recherche, des informations sanitaires idoines, et contribuer à la prévention et au contrôle des Maladies Non Transmissibles et des Maladies Transmissibles.  
Mesdames et Messieurs

Le COAM/WACP est déjà quelque peu outillé en matière de mutualisation des ressources et des compétences ainsi que pour le renforcement des capacités à travers divers réseaux internationaux et régionaux.   Nous pouvons dès lors nous enorgueillir de quelques résultats palpables.
Au premier chef, les collèges nationaux se développent comme en témoigne le forum des collèges de troisième cycle, les échanges d’idées et de personnel, l’appui aux pays ayant peu de personnel de santé et peu d’équipements.
En deuxième lieu, les chapitres francophones croissent et chaque pays a réussi sa journée scientifique annuelle (AGSM) nationale. Dans un très proche avenir, les examinateurs du WACP pourront participer à l’accréditation des Institutions de formation et être intégrés davantage au sein des jurys des examens de spécialistes dans les pays francophones. Le Collège a initié les bases de la création de la spécialité de médecine de famille en Côte d’Ivoire avec des partenaires canadiens.
En troisième lieu, les facultés sont très actives ; elles organisent des ateliers et colloques à travers la sous-région comme en témoignent le cours intitulé « médecins comme éducateurs », et celui portant sur « la réanimation du nouveau-né ».
En matière d’infrastructure, le Collège s’est doté sur fonds propres d’un bâtiment avec une salle de conférence mise en service lors des examens d'octobre 2019 à Abuja ; il a aussi initié l’ouverture d’un bureau de gestion des subventions.
Le Collège continue d’améliorer les procédures et processus d’organisation des examens, les inscriptions et paiements des droits en ligne. La numérisation des mémoires est en cours en vue de la constitution des archives ouvertes, rendant ainsi disponibles en ligne la documentation scientifique ; le Collège continue également de renforcer en permanence la compétence des examinateurs.

Mesdames et Messieurs,

En guise de conclusion, qu’il nous plaise d’affirmer que nous avons tous de quoi être fiers de l’engagement de tous les fellows à relever les défis sanitaires de la population, nonobstant les difficultés ; nous croyons à la mutualisation de nos ressources et, dans ce domaine, le soutien de nos autorités nationales, régionales et de nos partenaires demeure incontournable.  Inspirés, motivés, engagés, nous vaincrons.
Que cette semaine en terre béninoise nous permette ensemble de répondre aux questions relatives à la santé dans la perspective de la réalisation des objectifs de développement durable.    
                           
Mesdames et messieurs,

Au nom du bureau exécutif et de tous les fellows, nous voudrions remercier tous ceux qui, de près ou de loin ont contribué à l’organisation de la présente manifestation et sans doute à la réussite de cette 43ème rencontre scientifique.
Bravo au Comité d’organisation locale !
Vive le COAM !
Vive l’intégration sous régionale !
Vive la CEDEAO !
Merci de votre aimable attention.

La Présidente